La tourbière du Sennepey

 

Le 26 juin 2008, la municipalité de Saint-Barthélemy confie la gestion de la tourbière de l’étang du Sennepey au conservatoire des espaces naturels de Franche-Comté.

 

 De quoi s’agit-il ?     

 

Qu’est-ce qu’une tourbière ?
Une tourbière est un type particulier de zone humide où se forme et s’accumule de la tourbe, une sorte de fossile constitué de débris végétaux mal décomposés du fait de l’absence d’oxygène (car présence continue d’eau) et de l’acidité (liée à l’absence de calcium et de magnésium). C’est donc un écosystème (ensemble formé par un peuplement d’êtres vivants) saturé en eau et généralement pauvre en éléments nutritifs, contenant une faune et une flore caractéristiques et bien adaptées.

 

La tourbière, zone protégée
Les facteurs écologiques souvent très marqués (humidité permanente, températures régulièrement basses et pauvreté des eaux) font des tourbières des milieux contraignants et sensibles de grande valeur fonctionnelle, biologique, scientifique, archéologique, culturelle et économique. Il s’agit donc d’un élément important du patrimoine naturel.

 

Il est dès lors essentiel de les protéger car :

  • Elles stockent le carbone et elles participent de ce fait à la lutte contre le réchauffement climatique.
  • Elles concourent à la régulation des risques de crue en stockant de l’eau et en la restituant en période de basses eaux.
  • Elles assurent un rôle de filtration et d’épuration de l’eau.
  • Elles hébergent une faune et une flore rares, menacées et très spécialisées.
  • Elles offrent des paysages remarquables.
  • Elles représentent de véritables archives scientifiques sur l’histoire de l’homme et des climats, en accumulant par exemple les pollens.

 

Longtemps perçues comme insalubres, les tourbières, comme la plupart des zones marécageuses, ont été asséchées, assainies par l’homme, jusqu’à les faire disparaître.
 

Ce n’est que depuis une quarantaine d’années, que l’on a pu mieux cerner, comprendre le rôle majeur qu’assurent ces milieux et admettre l’intérêt et la nécessité de leur conservation.
 
es milieux entrent donc dans le cadre législatif de la Loi du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature.
 
Pour amplifier les actions locales de conservation des tourbières, un programme national de conservation « Tourbières de France » est entrepris depuis 1996.

 

 

Comment les communes peuvent-elles contribuer à préserver les tourbières ?

  • En pratiquant une politique de maîtrise foncière et/ou confier la gestion de leurs propriétés à des organismes de conservation des milieux naturels
  • En intégrant la conservation des tourbières dans les documents d’urbanisme
  • En conservant et en garantissant le fonctionnement hydraulique des tourbières
  • En évitant, dans la tourbière, toutes sources de pollution de l’eau
  • En limitant la circulation de véhicules

 

 

  Notre  tourbière du Sennepey   

 

La commune de Saint-Barthélemy a sur son territoire une tourbière, au lieu dit « étang du Sennepey », à proximité du lotissement des Monthaureux.

 

Cette zone représente environ 14 hectares. Les propriétaires sont :

  • Commune de Saint-Barthélemy (env. 6 ha)
  • Commune de Montessaux
  • Propriétaires privés

 

Dans le cadre de la conservation des espaces naturels, la municipalité de Saint-Barthélemy a confié la gestion de ce lieu à un organisme spécialisé : Conservatoire des espaces naturels de Franche-Comté.

Le 12 juin 
2008, cet organisme a présenté son étude du site et ses orientations de gestion à la municipalité :

Etude/Constat

  • présentation géographique du site (Cf. Plan ci-dessous)
  • présentation de la végétation
  • historique du site :
    • 1967 : installation d’une décharge
    • 1967-1984 : dépôt des ordures ménagères
    • 1984-1993 : dépôt de déchets autres que ménagers
    • à partir de 1993 : dépôt de déchets inertes
    • à ce jour, décharge recouverte de terre et végétalisée
  • étude hydrogéologique : 15 sondages à la pelle mécanique avec prélèvements d’eau pour analyse
    • 24000 m3 de déchets
    • 5 à 10% de déchets inertes ; 90 à 95% de déchets ménagers
    • état de dégradation peu avancé
    • présence de la nappe à environ 2m
  • déchets baignant de manière permanente dans la zone saturée de la nappe aquifère
  • migration probable de polluants et contamination du milieu naturel

Orientations de gestion
Les analyses orientent la gestion vers un piégeage de la pollution issue de la décharge.

 

Concrètement
La conservation de ce site passe par la réhabilitation de la décharge.
Cette opération est réalisée en 2009 sous maîtrise d'ouvrage de la communauté de communes de la Haute Vallée de l'Ognon.
Elle consiste au confinement de la décharge par une couverture argileuse imperméable.
Le coût de l'opération est de 91 041 euro dont 20% sont à la charge de la commune de Saint-Barthélemy.
D'autre part, d'autres travaux de gestion sont engagés par le conservatoire :

  • fauchage d'une partie du bas-marais
  • suivi du niveau d'eau et du fonctionnement hydrologique par un correspondant local.
  • diagnostic de la qualité de l'eau
  • suivi des espèces
  • coupes au sein du milieu boisé
  • suppression des ligneux sur les zones en voie d'enfrichement.

 

 
Plan du site - Copyright © 2007 tous droits réservés - Réalisation Torop.Net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net  
Accès au site de la CCHVO